On ne parle plus de RT 2020, mais de RBR 2020 : un champ de vision au-delà de la performance énergétique.

 

 

 

Depuis janvier 2012 ont débutés les travaux du groupe de travail « Réflexion Bâtiment Responsable 2020 » (RBR 2020), créé par le Plan Bâtiment Durable. L’objectif du groupe est, en tirant les enseignements de la mise en œuvre de la RT 2012, de dégager les principales caractéristiques des bâtiments de 2020, dans une perspective de généralisation des bâtiments à énergie positive et décarbonée. On peut donc affirmer que la future règlementation ne sera pas uniquement thermique.

 

Jusqu’à présent, pour la RT 2005 comme pour la RT 2012, les exigences se limitaient à la consommation d’énergie primaire non renouvelable (kWhep/m²) et aux informations d’émissions de gaz à effet de serre.

 

La RBR 2020 arborera un champ de vision bien plus élargi que les réglementations précédentes. Le dernier rapport du groupe, datant de septembre 2014,  proposait déjà une liste des aspects supplémentaires que devrait intégrer cette nouvelle réglementation, tels que :

  • L’intégration des consommations des usages domestiques,
  • Un confort accru,
  • La qualité de l’air dans une problématique de santé (tests sur les réseaux et systèmes de ventilation),
  • La gestion de la puissance,
  • Une capacité d’effacement énergétique du bâtiment (pilotabilité),
  • Une prise en compte de la biodiversité,
  • Le lien entre le bâtiment et le territoire,

 

 

 

Green sustainable eco house with wind turbine

 

 

Autrement dit, de nouveaux indicateurs incitant à la conception des bâtiments « réseaufriendly » seront définis. Le but est de pouvoir embarquer dans la démarche chaque acteur du bâtiment, selon son rythme et des moyens. Afin de perfectionner les acquis de la RT 2012, la RBR 2020 prévoit également une mesure de la performance énergétique optimisée à travers des tests et des indicateurs précis.

 

Anne-Lise Deloron, directrice adjointe du Plan Bâtiment durable, souligne : « La vision du groupe de travail RBR 2020 est que les lignes forces de la RBR 2020 seront multiples : prise en compte du poids carbone tout au long du cycle de vie du bâtiment, obsolescence des matériaux, qualité de l’air, confort, adaptabilité des bâtiments à l’évolution des usages, prise en compte de la biodiversité, capacité à s’intégrer au réseau et au territoire, connectivité, etc. Avec la RBR 2020, c’est une tout autre dimension qui s’ouvre. D’ici 2020, nous serons sans doute matures pour que certaines de ces lignes forces se transforment en indicateurs obligatoires, là où d’autres seront seulement encouragées ».

 

La loi de transition énergétique devrait contribuer à apporter des pistes pour la réglementation de 2020, notamment au sujet des bâtiments Bepos. On espère aussi que la loi amènera rapidement l’ensemble des travaux de réflexion, concernant aussi bien l’évolution des labels que des règlementations pour le neuf et la rénovation, à s’accorder rapidement.

 

 

 

 

Source : blog.pages-energie.com par Mélissa Gilbert