Quels sont les opportunités et les risques que réserve la maison du futur?

 
 

LeGrand est un spécialiste des produits et systèmes pour installations électriques et réseaux d’information.

Rencontre avec David Le-Vely, responsable marketing chez Legrand :

 

Capture-dcran-2015-04-28--16

 

 

 

On se rappelle tous de films célèbres, comme Retour vers le futur ou Terminator, nous laissant présager un futur, toujours sous l’angle de la technologie. Il faut dire que, depuis les années 1980, on peut se targuer d’évolutions technologiques de taille et, si le smartphone en est un bel exemple, il en est bien de même pour la domotique.

 

 

 

Prônant, à l’origine, une simplification de la vie, ces évolutions nous donnent le sentiment de maîtriser toujours plus la situation, mais est-ce vraiment le cas ?

 

En l’occurrence, comment ne pas rêver d’un habitat ultra-technologique où tous les appareils s’unissent de concert, en fonction de son mode de vie et de ses habitudes, pour rendre le quotidien un peu plus simple chaque jour ? Comment ne pas y songer juste un instant alors que l’on est toujours en train de à droite et à gauche, tant pour le travail que dans sa vie personnelle ?

 

Alors, forcément dans ce cadre, la domotique se veut attirante pour le gain de temps qu’elle représente. Elle le confort dont on a besoin, tout en tenant nos habitudes et de nos besoins, mais ce n’est pas tout. La domotique, si longtemps décriée comme un « gadget de plus », ouvre d’autres perspectives, bien plus larges que la du café à une heure précise par exemple. A l’heure où la communication se veut le mot d’ordre des temps modernes, la domotique relève le défi pour appliquer ce concept aux appareils d’une maison. Elle s’inscrit, en outre, dans un phénomène de mode du « toujours plus de technologie » où les termes « Full HD », « Wifi » et « Smartphone » font office de représentants de notre époque.

 

 

 

 

Au-delà de ces considérations et de la recherche constante de confort, différents enjeux sont conférés à la domotique, à commencer par la sécurité (détecteur de fumée, alarme, vidéosurveillance…).

 

 

 

c_house_view_01_by_biz_kong-d6r5sv1

 

 

Autre enjeu de la domotique, et non des moindres : l’écologie et l’économie d’énergie induites dans cette démarche.

 

Car, aujourd’hui, les économies d’énergie ne représentent pas un simple objectif, mais bien un véritable leitmotiv, fondé sur une nécessité démontrée de façon de plus en plus criante. D’ailleurs, la nouvelle règlementation thermique RT2012 le , conférant à la domotique toute sa légitimité, avec une économie de 10 à 30% sur le coût de l’énergie. Ceci représente un argument non-négligeable, face à une technologie à laquelle il a toujours été reproché son coût trop élevé.

Dans ce cadre, bon nombre d’aides sont proposées par l’Etat, au titre des engagements écologiques dans lesquels il s’est inscrit. Il est donc désormais possible de s’engager dans cette démarche tout en profitant des subventions et autres aides incitatives mises à disposition.

 

 

 

Enfin, la domotique offre une vie de meilleure qualité aux personnes à mobilité réduite, ainsi qu’aux seniors dans leur quotidien, en leur permettant une liberté d’action plus large et, de fait, un meilleur contrôle de leur vie.

 

Ainsi, la domotique répond bel et bien à des besoins, mais en crée d’autres également. Notre quotidien nous le prouve chaque jour avec de nouvelles addictions au téléphone ou à internet par exemple. S’il s’agit d’un formidable outil de facilitation de la vie, il n’en reste pas moins qu’elle nous rend également dépendants et nous fait finalement perdre d’esprit des gestes anodins que nous avions autrefois, il n’y a pas si longtemps,en l’occurrence, l’habitude de réaliser par nous-mêmes.

 

 

Il ne s’agit donc nullement de remettre en question le rôle clé de la domotique, mais bien l’utilisation et le comportement que l’on adoptera en tant que consommateur pour profiter de ses nombreux avantages sans pâtir d’une éventuelle dépendance.

 

 

 

 

 

Source : frenchweb.fr